Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 10:27

Le cimetière du Père-Lachaise est un incroyable vivier de personnalités et de célébrités ; je ne vous apprends rien à ce sujet, soit. Chaque promeneur, qu'il soit touriste étranger, parisien ou provincial, passe agréablement sa journée à repérer les tombes d'artistes, d'écrivains, de grands hommes, et s'y arrête pour les vénérer, les photographier, s'y recueillir car il n'y a pas plus reposant que ce lieu de recueillement. Certains, même, qui reviennent pour la énième fois, s'amusent à mémoriser le chemin qui mène à telle tombe sans utiliser le dépliant, et se plaisent à retrouver du premier coup le chemin menant à leur tombe préférée.

Comme tout un chacun, je me suis plu à réadmirer les tombes de Molière, Jean de La Fontaine, Eugène Delacroix, Frédéric Chopin, Auguste Comte, Bernadette de Beauchène - une infirmière des gueules cassées - Michel Petrucciani, Lucien Gibert - un sculpteur et commandeur de l'ordre national du mérite - et bien d'autres encore. Évidemment, il faut plus d'une journée pour faire tout le parcours. Je n'ai donc pu voir les tombes d'Edith Piaf ou de Jim Morisson par exemple.

Mais là où je souhaite attirer votre attention, c'est dans le fait que les célébrités côtoient les anonymes, comme vous le savez. Finalement combien d'entre vous se sont déjà arrêtés devant des tombes qui a priori  sont censées passer inaperçues et qui, en réalité, peuvent nous émouvoir incontestablement ? Je pense notamment à ces petites tombes d'enfants mort-nés ou morts à l'âge d'un an. La petite taille des tombes attire notre regard. En effet, je peux citer par exemple celle de Sophie Wanda Wolowska décédée le 26 septembre 1843 à l'âge de 1 an 7 mois et 18 jours. Une autre tombe portant le nom de Wolowska indique également la présence d'un autre enfant de la même famille, mort à un âge identique ou presque - son frère probablement. On pourrait donc penser que la mortalité infantile a pu décimer tous les enfants de cette famille.

La mortalité infantile était pourtant moins prégnante au milieu du XIXe siècle qu'au XVIIIe, siècle pendant lequel près d'un nouveau-né sur trois mourait avant d'avoir atteint son premier anniversaire, victime le plus souvent d'infections. Les progrès dans la vaccination et l'amélioration des accouchements au milieu du XIXsiècle ont permis de faire baisser le taux de mortalité infantile mais pas de l'éradiquer de manière spectaculaire. Vers 1850, on passe de 1 nouveau-né sur 3 mort à 1 nouveau-né sur 6. Le résultat est en baisse certes, mais pas très spectaculaire. La baisse est lente. En effet, la variole - principal fléau - reste endémique en Occident pendant tout le XIXe siècle malgré le vaccin contre la variole mis au point par Edouard Jenner en 1796, dont le succès se réalise lentement.

Sophie Wanda Wolowska est décédée à l'âge d'un an en 1843 ; les progrès de la médecine commençaient pourtant déjà à se faire sentir. Si tous les nouveaux-nés de cette famille sont décédés à 1 an ou moins, c'est qu'un fléau de ce type s'est abattu sur eux : ça peut être la variole ou une autre infection. N'oublions pas que la famille est d'origine polonaise. Bien qu'on puisse supposer qu'elle ait vécu en France, le niveau de vie et l'espérance de vie étaient bien plus bas qu'en France ; des facteurs héréditaires seraient donc mis en cause.

Je trouve donc très émouvant de voir ces tombes qui inspirent une époque révolue, qui nous semble lointaine, de par une espérance de vie beaucoup plus faible qu'aujourd'hui. La petite taille de ces tombes ne peut pas nous laisser indifférents ; on s'y arrête comme on s'arrêterait devant la tombe d'un célèbre écrivain ou artiste. Je m'y suis arrêtée avec une nostalgie au coeur et une grande émotion, bien qu'il s'agisse d'une tombe d'anonyme. Certains touristes étaient également émus devant ces petites tombes d'enfants. Alors, n'oubliez pas de vous y arrêter, ne serait-ce que pour ne pas oublier que des enfants du XIXe siècle n'ont pas eu la chance de vivre aussi longtemps que vos enfants, et qu'ils méritent tout autant de considérations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Princess Sarah - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Savoir, penser, rêver, tout est là.
  • Savoir, penser, rêver, tout est là.
  • : Au départ, mes premiers articles étaient rédigés dans l'intention d'archiver mes souvenirs les plus marquants, puis mon blog, devenu fourre-tout au gré de mes découvertes, s'est élargi à l'information et à la transmission culturelle. Constitué de billets d'humeur et de comptes rendus dans des domaines aussi divers que la poésie, les sciences humaines, les sciences de l'éducation, les livres, les expositions, les récits de voyage, c'est un espace d'expression libre, intellectuelle et artistique, destiné à tous les publics.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens Vers Des Pages Externes