Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 13:56

Damien Hirst For the Love of GodMemento mori ( "souviens-toi que tu vas mourir") : telle était la thématique des Vanités. C'est une expression que l'on retrouve dans la philosophie gréco-romaine, en particulier chez les Stoïciens.

 

Samedi 27 février, j'ai donc été voir l'expo sur les Vanités au Musée Maillol, et je ne me doutais pas qu'il existait autant de manières différentes pour les artistes contemporains de représenter des crânes ; il y avait de multiples façons de mettre en valeur des têtes de mort dans la partie de la galerie consacrée aux contemporains, si bien qu'on en riait ou qu'on s'en étonnait. Pour le reste, c'est dans l'iconographie de l'Occident chrétien que se reflètent les images consacrées à la mort. Les allégories religieuses confèrent une place importante à la représentation de la mort. En effet, dans la tradition byzantine, l'image du crâne au pied de Jésus crucifié sur le Golgotha qui, lui-même, signifie "crâne",  symbolise le crâne d'Adam. L'arbre, qui devait fournir le bois de la Croix, germa dans la bouche d'Adam dans laquelle une graine avait été mise.

Dans les différents tableaux, comme ceux de la vanité des Plaisirs ou de la Vanité au livre, le crâne - symbole de la mort chrétienne -  rappelle la Chute et la Rédemption. Il y a de nombreuses évolutions, au cours des siècles, de la représentation de la mort, mais il semblerait que l'âge d'or de la Vanité se situe durant la Réforme protestante. Les saints, comme le Pénitent saint François , sont représentés avec un crâne qu'ils tiennent. Pour Marie Madeleine, le crâne est un emblème de méditation. Les Protestants préféreront les natures mortes, étant donné qu'ils rejettent l'iconographie sacrée, telle que la statue par exemple, qui est un symbole d'idolâtrie et de superstitions. Le crâne est souvent représenté dans les différents tableaux avec des attributs complémentaires comme le sablier et la bougie qui symbolisent la fuite du temps.

L'intérêt réel de l'exposition réside dans l'évolution des représentations, car le crâne n'est plus seulement un objet de peinture mais son image se désacralise peu à peu, puisque lorsqu'on évolue vers l'époque contemporaine, il devient un accessoire et s'adapte aux modes. Dans le mouvement pop art par exemple, Andy Warhol peignait ses skulls en multicolore, avec des ombres portées, un peu à la façon d'une star qu'il fait briller. Pourtant, dans une même époque contemporaine, à savoir au sein même du XXe siècle, la mort est imaginée de plusieurs façons différentes. Chez les expressionnistes allemands, la vision n'est pas la même que chez des artistes contemporains qui ont sculpté des crânes dans des fruits par exemple. C'est Dimitri Tsykalov qui sculptait des crânes dans les pommes, les pastèques, les aubergines. Damien Hirst a fabriqué des crânes avec des mouches, etc.

On peut voir aussi au cours de l'expo des radiographies de crâne, et le crâne est donc repris par des scientifiques qui lui ôtent toute dimension théologique. Ce sont les consciences qui évoluent au cours des siècles et qui permettent donc de changer l'image des crânes au fur et à mesure des époques. Certains contemporains reprennent même des thèmes actuels dont ils se servent pour représenter les crânes. Une grande peinture de Jean-Michel Basquiat nous alerte puisqu'on y voit pleins de graffitis un peu dans tous les sens ; il représente un crâne à cornes, des os, des espèces de couronne, tout ça sur fond de couleurs flashy, rouge, jaune,  qui inspirent la rage de l'artiste. Ses origines haïtiennes y sont pour beaucoup dans sa peinture puisque les signes de son tableau qui, pour nous, symboliseraient plutôt une certaine colère, sont en fait des références au culte vaudou. Enfin, toujours chez les Contemporains, le crâne est resplendissant, scintillant, avec pleins de diamants ou de pierres précieuses dessus. Par exemple, le For the love of God, de Damien Hirst, qui est une sculpture composée de 8601 diamants, donne finalement au crâne une apparence de modèle inaccessible, suscite l'admiration, et pour cause ! cette sculpture a été vendue à 100 millions de dollars en 2008 ! D'autres artistes utilisent des objets simples comme des ustensiles de cuisine ou encore des gants percés de crayons de couleur pour représenter d'immenses oeuvres au mur qui ont la forme du crâne. Le fait d'utiliser des matériaux contemporains n'est pas anodin.

Je ne vous en dis pas plus, il y a tellement d'oeuvres que je n'ai pas citées. Le mieux est de découvrir par vous-même toutes ces oeuvres qui sont présentées jusqu'au 28 juin 2010. Retenez simplement la formule suivante que vous verrez au musée, pour clore ma présentation de l'expo : "Bonis Bona, Malis Mala" :  "les biens aux bons, les maux aux mauvais".  Voici des exemples d'oeuvres présentées à l'expo

Damien Hirst For the Love of GodJoël-Peter WitkinSkull IV, Dimitri TsykalovSimon Renard de Saint André, Vanitas

Partager cet article

Repost 0
Published by Colombine aux mains d'argent - dans culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Savoir, penser, rêver, tout est là.
  • Savoir, penser, rêver, tout est là.
  • : Au départ, mes premiers articles étaient rédigés dans l'intention d'archiver mes souvenirs les plus marquants, puis mon blog, devenu fourre-tout au gré de mes découvertes, s'est élargi à l'information et à la transmission culturelle. Constitué de billets d'humeur et de comptes rendus dans des domaines aussi divers que la poésie, les sciences humaines, les sciences de l'éducation, les livres, les expositions, les récits de voyage, c'est un espace d'expression libre, intellectuelle et artistique, destiné à tous les publics.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens Vers Des Pages Externes