Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 10:40

rue-des-Gobelins-001.jpgEn flânant dans différents quartiers parisiens et notamment dans celui des Gobelins, je me suisrue-des-Gobelins-002.jpgrue-des-Gobelins-003.jpg rendu compte à quel point les murs pouvaient être un

exutoire et un lieu d'expression, qu'elle soit artistique ou politique. En effet, sur un mur, j'ai vu écrit : "La poésie est un sport de l'extrême". Sur tel autre, un révolté a écrit pour s'insurger contre le système. Sur un trottoir, un immense portrait, très bien fait, était peint par un ou une artiste. Ces différents regards, qui m'ont inspirée, m'ont incitée à imaginer un nouveau concept poétique entre anarchie et poésie. Avez-vous déjà pensé à écrire des vers ou des pensées sur les murs de votre ville dans le but d'égayer les rues, d'attirer l'attention des autres pour leur permettre de s'interroger sur eux-mêmes ? Mais attention ! cela ne veut pas dire tagger les murs comme cela se fait déjà. Mais ces vers, au contraire, doivent inciter à la réflexion, à l'introspection, à la remise en question de soi-même, faire que celui qui s'arrête sur ce mur, se sente tout à coup changé, épanoui, que ces vers fassent effet sur sa personne ; le graphisme peut également susciter cet effet. Ces vers doivent venir de vous exclusivement et doivent à tout prix avoir un impact sur votre public, et surtout ne signez pas ! Ecrivez tout ce que vous pensez, de manière anonyme ! Nos pensées sont trop emprisonnées dans nos esprits alors qu'elles doivent à tout prix s'en libérer. Ces vers, sous forme de citations, doivent être beaux, inspirer la sagesse ou la vérité, l'effroyable vérité parfois, être un miroir de l'âme et avoir un pouvoir de séduction sur les autres. Peut-être que ce concept existe déjà mais qu'il n'est pas du goût de tous, puisque considéré comme une dégradation des biens publics Personnellement, sur mon chemin, je vois rarement des murs rendus vivants par de la poésie et j'aimerais bien en trouver plus souvent. 


Une ville remplie de vers poétiques, c'est pas mal non ?

Etant donné que ce concept fait écho et existe déjà, je vous livre ici le témoignage de Maître Yoxou: 

"Au lycée, quand mes amis et moi avons découvert le surréalisme, Breton, Soupault, Tzara et consorts, nous avons immédiatement été séduits par leur principe de "papillons". Les papillons des surréalistes ne sont rien de plus que des dazibaos ; écrits sur des feuilles de papier, cadavres exquis, pensées, aphorismes fleurissent sur les murs des villes que fréquentent le groupe surréaliste. Alors, nous avons commencé le soir, dans notre piaule d'internat, à faire des cadavres exquis, réunis autour d'une table. Et puis nous avons découpé des papillons de papier sur lesquels nous inscrivions les cadavres que nous trouvions les plus réussis. On poussait les fioritures très loin : différentes formes de papillon, des couleurs, on faisait un vrai petit atelier découpage. Le lendemain, quand on avait assez de papillons, on allait les coller partout dans le lycée. Parfois nous en avions assez pour couvrir des murs (bon, des petits murs, certes !) Nos chers camarades lycéens se sont révélés un excellent public. Seuls quelques grincheux allaient voir dans ce vandalisme poétique et gentillet (on collait des feuilles de papier coloriées main avec du scotch ! tu parles d'un vandalisme !) pour une attaque face à l'ordre établi. Les surveillantes jouaient le jeu avec tout le monde : elles nous prêtaient du scotch pour coller nos oeuvres, elles prêtaient main forte aux CPE pour les décoller. Et surtout, notre prof de littérature allait au bureau des CPE demander s'ils avaient récupéré "ses" papillons. Notre anarchie poétique a duré quelques semaines, jusqu'au bac, autant par envie de plaquer quelque chose de beau sur les murs gris et froids du lycée, que par envie de rendre hommage à ce monsieur qui, en nous parlant des surréalistes, avait ouvert en nous tellement d'idées, d'envie et de possibilités de création. Alors mademoiselle, je souscris à votre idée parce que vraiment, une ville remplie de vers poétiques, c'est pas mal ouais".

Commentaire de Maître Yoxou 



Partager cet article

Repost 0
Published by Colombine aux mains d'argent - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Savoir, penser, rêver, tout est là.
  • Savoir, penser, rêver, tout est là.
  • : Au départ, mes premiers articles étaient rédigés dans l'intention d'archiver mes souvenirs les plus marquants, puis mon blog, devenu fourre-tout au gré de mes découvertes, s'est élargi à l'information et à la transmission culturelle. Constitué de billets d'humeur et de comptes rendus dans des domaines aussi divers que la poésie, les sciences humaines, les sciences de l'éducation, les livres, les expositions, les récits de voyage, c'est un espace d'expression libre, intellectuelle et artistique, destiné à tous les publics.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens Vers Des Pages Externes